Notre bulletin spécial chambre des comptes

A vau-l'eau

par Alain Bencivengo, Président de l’Association, Conseiller Municipal d’opposition, le 3 juillet 2015

Lors du dernier conseil municipal, un double clivage est apparu dans les rangs de l’équipe municipale. D’un côté du Maire, ceux, probablement honnêtes, qui découvrent l’étendue du désastre financier. De l’autre côté, ceux qui en ont profité et qui réalisent soudain qu’ils devront un jour ou l’autre rendre des comptes. Lâchés par leurs amis recasés sous des cieux meilleurs, ils le sont aussi par le Maire, M. Masson, qui essaie pitoyablement de se détacher de la gestion passée.

Le débat désormais va tourner autour des deux points essentiels que nous mettrons sans cesse en exergue : la situation financière catastrophique et le pillage systématique de la caisse publique.

La situation est catastrophique parce que nous avons atteint les 20 millions de dettes, que nous payons chaque année près de 900.000 euros d’intérêts des emprunts, et surtout parce que nous empruntons chaque année entre 1,6 et 2,5 millions d’euros de plus uniquement pour rembourser notre annuité des emprunts précédents. Nous avons indiqué les techniques grossières qui sont utilisées pour dissimuler la réalité aux citoyens, rendant ainsi le compte administratif « non sincère ».

Les dettes sont minorées, surtout les dettes rattachées qui auraient dû être évaluées à au moins 200.000 euros et qui ont été inscrites pour Zéro en 2013 et pratiquement rien en 2014. Les produits eux sont majorés, et annulés ensuite pour plus de 1,3 millions d’euros.

Les investissements en perpétuelle dégradation sont grossis artificiellement des travaux en régie. Une astuce comptable grossière qui permet de procéder à un transfert de charges.

Pour cette année, le comptable du trésor annonce un déficit de l’exploitation de 111.000 euros. Nous l’estimons nous, après les divers reclassements proposés, proche de 2 millions d’euros (il devrait théoriquement être nul).

Mais tout ceci ne demeure possible que parce que le trésor public n’est pas protégé. Il n’existe aucune procédure préalable à la création d’une dépense. Les personnes qui profitent des dépenses sont rarement identifiées. Les objets des dépenses et la réalité de leur intérêt pour la commune ne sont pratiquement jamais démontrés. Après une analyse rapide des comptes, il apparait que quelques individus sans scrupules sont arrivés à piocher dans notre caisse : des voyages dans toute la France, des repas dont le total mensuel n’est jamais inférieur à 10.000 euros, des virées incessantes à Paris avec visite de boites branchées et hôtels luxueux offerts à des amis.

Lorsque nous demandons des comptes à M. Masson, Maire et ancien adjoint aux finances depuis 15 ans, il nous répond en séance du conseil Municipal : « c’est prescrit… ». Lamentable.

De même, il ne souhaite pas nous donner les noms de quatre fonctionnaires qui émargent dans un service (celui des eaux) qui n’existe plus depuis le transfert vers une entreprise privée, ou enfin il dit ne rien savoir des émoluments mensuels de 4.500 euros à un jardinier indépendant alors que notre service des espaces verts est très efficient.

Nous sommes dans un navire sans gouvernail. Certains sont déjà partis, d’autre ne contrôlent plus leurs nerfs et enfin les derniers restent muets comme des carpes.

Le personnel désabusé est démobilisé.

Notre village va à vau-l’eau, triste symbole pour une cité balnéaire.

 

Lettre ouverte d’Alain Bencivengo à Mme Chevaly, adjointe à la culture de Carqueiranne

par Alain Bencivengo, Président de l'association et conseiller municipal d'opposition, le 28 mai 2015

Madame,

Lors d’un conseil municipal déjà ancien, il m’est apparu que vous n’aviez aucune idée du coût du fonctionnement du « théâtre in situ » dont vous prétendiez par ailleurs qu’il était financé par le Conseil Général.
Aujourd’hui nous savons que ce sont les contribuables carqueirannais qui le financent complètement, et qu’il est en grande partie responsable de la situation financière catastrophique de notre ville.
Afin de masquer votre ignorance et après un rapide « sketch » sur les souks de Marrakech, vous nous avez publiquement conseillé, à mon collègue Stéphane Reiprich et à moi-même, de contacter votre secrétariat afin d’avoir accès aux comptes. Enfin un bel exemple de transparence.
Nous allions pouvoir mettre fin aux rumeurs et contrôler les factures dont certaines, notamment celle de M. Huster en 2013 paraissent hallucinantes (plus de 100.000 euros).
Mais depuis, silence radio. Vous ne répondez évidemment pas à nos appels, pas plus que vous n’avez daigné répondre à ma lettre recommandée qui date d’une dizaine de jours.
Cette situation ne peut pas durer.
D’autant qu’il apparait maintenant que M. Voyenne, ancien chef de cabinet de l’ancien Maire, aurait eu l’idée saugrenue de fêter avec faste la “centième” des conférences historiques en
invitant, aux frais des contribuables carqueirannais, cent intervenants grassement nourris et
superbement logés.
N’oubliez jamais que nous vous interpelons à la demande des Carqueirannais qui nous ont fait confiance en mars 2014 (près d’un sur deux) et qui sont chaque jour plus nombreux.
La seule façon de mettre fin à ces rumeurs serait que vous soyez claire et honnête dans vos réponses. Ou bien, si c’est trop vous demander, de vous démettre.

L'opposition est-elle de gauche ?

Face aux mensonges de la majorité, nous tenons à réaffirmer notre engagement citoyen non partisan. Non l'opposition n'est pas "de gauche". Pas plus que "de droite". Mise au point de nos élus :

Par Cathy Gaufrogel le 18 avril

M. MASSON aujourd’hui nouveau maire de Carqueiranne prétend que l’augmentation de 9.5 % des impôts des Carqueirannais incombe à la baisse de dotation de l’Etat pour lequel la liste d’opposition aurait appelé à voter. J’en ai assez aujourd’hui d’entendre cette ineptie ! Nous l’avons dit et redit pendant la campagne et nous le crions encore fort aujourd’hui, notre association RASSEMBLEMENT POUR CARQUEIRANNE est issue d'une liste non partisane, une liste de Carqueirannais qui ont à cœur de retrouver l’âme carqueirannaise et d’en défendre les intérêts quels qu’ils soient.

Pour ma part, née à Carqueiranne, fille d’un gaulliste convaincu et engagé dans le parti dès ma majorité, partie prenante du RPR à Carqueiranne, j’ai suivi ce mouvement de droite. Je faisais partie de ces jeunes qui ont fait la campagne de Bernard HOULLIOT et l’ont fait élire.

Quand Marc Giraud est arrivé à Carqueiranne, nous étions sur le même chemin. A un croisement, nos opinions divergentes ont vu ces chemins se séparer....

Je me suis rapprochée du centre, de l’UDF puis du MODEM et maintenant de l’UDI dont j’ai la carte et où je suis engagée.

J’ai fait la campagne de Jean-Louis Masson à la députation. J’ai encore dernièrement appelé sur ma page Facebook à voter contre le gouvernement en place et contre le front national, donc appelé à voter UMP/UDI. Je ne suis pas la seule dans l’opposition à être de l’UDI et non plus pas la seule à avoir bossé pour la droite et au sein de la droite. Je ne sais même pas quels sont les idées politiques des adhérents de RASSEMBLEMENT POUR CARQUEIRANNE. Ce que je sais c’est qu’ils sont profondément amoureux de leur village et prêts à se battre pour le défendre.

Mais voilà à Carqueiranne, je ne fais pas de politique, je suis juste Carqueirannaise, membre de RASSEMBLEMENT POUR CARQUEIRANNE, élue de l’opposition et fière d’être tout ça !

Et si les impôts augmentent aujourd’hui de façon prodigieuse, c’est peut-être dû à des dépenses somptuaires et festives outrageuses, un endettement de 19 millions d'euros avec des frais d'intérêts d'emprunts d'UN million d'euros par an…..

Au nom des Carqueirannais, au nom de RASSEMBLEMENT POUR CARQUEIRANNE, une Carqueirannaise NON PARTISANE a dit !

Par Fabien Arnoux le 19 avril

Les hommes changent mais les méthodes restent :

L’élection par la majorité municipale du nouveau Maire, Robert Masson, ne laissait guère d’illusions quant aux méthodes qui seraient employées, dans la continuité, au sein du conseil municipal. Très vite, en effet, il a revendiqué l’héritage de son prédécesseur. Puis, lors du dernier conseil (voir article du 17 avril 2015), il a affirmé sans vergogne que le groupe Rassemblement pour Carqueiranne soutenait le gouvernement actuel.

 

Aussi, une bonne fois pour toutes, je rappelle à Monsieur Masson que le Rassemblement pour Carqueiranne est non partisan et qu’un ancrage à gauche n’est que pur fantasme de son équipe et de l’association Carqueiranne au Cœur – au sein duquel son propre successeur s’agite déjà.

Pour nourrir la vérité, faut-il redire à Monsieur Masson que personnellement, je suis de droite ? J’ai même travaillé comme collaborateur d’élus de droite – au niveau régional et national – jusqu’à ce que le prédécesseur de Monsieur Masson intervienne à l’époque pour mettre fin à mon contrat… Monsieur Masson sait très bien qui je suis, d’où je viens. Je ne fréquente plus aucune famille politique mais j’ai longtemps fréquenté la même que lui… peut-être même avant lui.

 

Lors de l’adoption du budget, le tout nouveau Maire a tenté un tour de passe-passe pour s’exonérer de toute responsabilité dans les difficultés d’une gestion financière chaotique, dont il est en charge depuis de très nombreuses années, pointant comme cause de l’augmentation des impôts locaux la diminution de la dotation de l’Etat. Or, sur un budget communal de 19M€, cette baisse n’est que de 300k€ pour 2015. Ce manque à gagner est de plus compensé par les 300K€ que Carqueiranne n’aura pas à payer cette année au regard des efforts effectués soudainement en matière de logement sociaux.

De gauche, de droite, non partisan, le groupe Rassemblement pour Carqueiranne est pétri des différences de chacun dans l’intérêt de la défense de notre cité contre les errements de la gestion de la majorité municipale. Seule la gestion des affaires communales guide notre engagement.

Après avoir dit être le Maire de tous, Monsieur Masson a trop vite versé dans le sectarisme.

Quoi qu’il en soit à Carqueiranne, que vous soyez de gauche, de droite ou d’ailleurs – tout cela n’a que peu d’importance – nous paierons tous en 2015 les 11% d’impôts locaux supplémentaires (soit 87 euros par habitant en moyenne).

Cette hausse, la majorité municipale sera cependant seule à devoir l’assumer pleinement !


  • Bel exemple de l'entretien du patrimoine de   carqueiranne par la municipalité Giraud

Chroniques du tribunal - Partie 1

Le 11 avril 2015

Il y avait foule ce vendredi matin à l’audience du tribunal Administratif portant sur l’examen du recours posé par M. Conan, ancien Maire de Carqueiranne intervenant en tant que citoyen carqueirannais, contre la protection fonctionnelle accordée à MM Tollard et Voyenne et Mme Peinado.

Mme Peinado, M. Tollard et M. Voyenne n'étaient pas présents à l'audience, M. Tollard et Mme Peinado étaient représentés par leurs avocats, plus celui de la Mairie de Carqueiranne.

M. Voyenne n’était pas représenté.

Ils ont été aperçus tous trois à quelques mètres à peine du Tribunal administratif. Attendaient-ils des échos ?

 

Après que le rapporteur public a exposé les questions de recevabilité et le fond du dossier, il a conclu en demandant au Tribunal d'annuler les mesures de Protection Fonctionnelle pour les 3 mis en cause.

La Cour a donné la parole à M. Conan qui s’est longuement exprimé sur son engagement citoyen et les raisons qui l’ont motivé dans cette action. Son intervention ayant été interrompue par la Présidente, vous trouverez ci-après l'exhaustivité des propos prévus.

 

Puis vint le tour des 3 avocats payés par le contribuable carqueirannais (peut-être plus pour longtemps). Nous avons pu nous rendre compte de l'éloquence qualitative et quantitative de ces professionnels.

Soulignons que l'avocat de Mme Peinado, sortant de son avachissement et s’exprimant à grand renfort d'effets de manche, arguant du risque disciplinaire que pouvaient encourir les magistrats en qualifiant des faits, d'une manière qu'il jugeait hâtive, arracha à la Cour quelques sourires. Il s'est vu reprendre par Madame la Présidente du T.A. : "Maître, vous cherchez à impressionner le Tribunal !“

Pour l'anecdote, il faut savoir que Mme Peinado demandé à M. Conan la preuve de sa domiciliation à Carqueiranne pour valider son intérêt à agir.

 

Enfin arriva celui de M. Tollard qui a suscité quelques réactions dans le public en expliquant que la Mairie à la date de la décision (30 avril 2014) ne pouvait être au courant des faits reprochés car M. Tollard n’avait à cette date qu’une citation à comparaitre sans en connaître les motifs... Rappelons que la Cour des Comptes avait pourtant émis un rapport détaillé sur le problème de ces primes qu’elle estimait discutables et qu'il était tout à fait possible de revenir sur ce vote en Conseil Municipal quand les causes de cette mise en examen ont été connues.

 

L’affaire a été mise en délibéré.


Voir article de Var-Matin dans la rubrique "revue de presse"

E la nave va...

Par Alain Bencivengo le 6 avril 2015

L'article dithyrambique concernant notre ancien maire, nouveau Président du Conseil départemental, a déclenché sur notre site et ailleurs de nombreuses réactions.

Je les comprends, bien sûr, mais je pense que désormais une page doit définitivement se tourner.

Lors de la dernière campagne municipale, j'avais annoncé aux Carqueirannais incrédules, ne me trompant que de quelques semaines, le départ de Marc Giraud.

Je le regarde depuis plus de 20 ans, dérouler, imperturbable, son plan de carrière. Pourquoi pas ? Ça marche, tant mieux pour lui.

Les vrais responsables, à mon avis, sont les complices complaisants et eux... ils sont toujours là !


Concentrons-nous donc sur notre village, au-delà des sentiments passionnels et des engagements partisans. C'est, je le rappelle, le sens initial de notre engagement.

Quelle est la situation, que nous avions pressentie, mais qui malheureusement se découvre aujourd'hui à la faveur de ces évolutions de carrières personnelles ?

Le pouvoir politique étant très faible, une poignée de cadres de la municipalité s'en sont emparé.

Il devient clair à quiconque ayant assisté à un Conseil Municipal que les intervenants ne dominent absolument par leur sujet. Ils semblent même découvrir leurs textes (comme cette adjointe à la Culture n'arrivant pas à lire le mot éclectique).


Je ne citerai que deux exemples :

M. Masson, Maire par intérim, véritable responsable (du fait de son statut lui faisant cumuler les fonctions théoriques de Premier adjoint et celles d'adjoint aux finances) de toutes les turpitudes subies, continue à répondre en Conseil Municipal "Vous verrez plus tard".

Un peu court comme explication, sauf à reconnaître qu'il ne sait absolument pas de quoi il parle, comme s'il découvrait après 15 ans un budget élaboré ailleurs et par d'autres.

Il a décidé de tout cautionner, attendant gentiment la promotion ultime.

Mme Chevaly nous a fait un sketch pitoyable sur les souks de Marrakech pour dissimuler sa gêne de ne rien savoir du dossier de la Culture ni de la gestion calamiteuse du Fort de la Bayarde?

Elle ne sait rien des dépenses hallucinantes que nous avons découvertes, elle ne semble rien savoir non plus de l'inscription en qualité de profession libérale (conseil d'artistes ou en communication) des fonctionnaires qui sont les véritables dirigeants de ce gigantesque outil d'auto-promotion.

Ceci bien sûr ne préjuge en rien des irrégularités que nous craignons de découvrir.


Mais comment se fait-il que les adjoints, co-responsables de la gestion, n'en avisent pas le Conseil Municipal ? Je crains que même les conseillers de la majorité soient tenus dans l'ignorance, à leurs risques et périls.

C'est à mon avis là que se trouve notre combat, et non plus dans la carrière de notre ancien maire.

Tous les comptes sont au rouge, l'organisation municipale est ébranlée et nos élus dans le désarroi.

Plus que jamais l'heure est au rassemblement, au-delà des intérêts partisans et pour la défense de Carqueiranne.

Merci à ceux, nombreux, qui nous ont rejoints récemment.

Il va y avoir du boulot.

Conseil municipal du 30 mars 2015

Le prochain conseil municipal ayant pour thème le débat sur l'orientation budgétaire aura lieu lundi 30 mars à 20h30 à la salle des fêtes de la Mairie. Venez nombreux !

La Charte du Parc national de Port-Cros : une enquête publique non publique...

Vous avez peut-être entendu parler de la Charte National du parc de Port-Cros, charte dont l’objet est la préservation et la mise en valeur du patrimoine naturel, culturel et paysager, de préserver la biodiversité et de soutenir le développement durable entre les cœurs du parc et ses espaces environnants.

Une enquête publique a été mise en place du 8 décembre 2014 au 16 janvier 2015, dans les onze villes concernées afin d’informer le public et de recueillir son avis sur ce projet.

A Carqueiranne, aucune publicité n’en a été faite, et pour cause, Marc Giraud est le seul Maire du littoral à avoir refusé d’emblée de la signer...

Un citoyen s’est rendu en Mairie pour consulter le registre, il a cherché, demandé, et après moultes tractations, on a fini par le sortir d’une armoire fermée à clé. C’est bien dommage pour les Carqueirannais qui n’ont donc pas pu prendre part à une décision importante pour leur qualité de vie.

Vous l'avez bien compris, si le registre est vierge... sa conclusion sera évidemment "les Carqueirannais ne sont pas intéressés".

 

Dernière minute : on apprend par Var-Matin que malgré l’omerta, il y a eu une forte mobilisation dans des communes réputées les plus opposées au projet comme Carqueiranne avec 43 avis

favorables pour 1 défavorable.

Communiqué d'Alain Bencivengo

« Garde-toi plus de tes amis que de tes ennemis » (Proverbe tzigane)

A nouveau, notre village est sali par des affaires nauséabondes à rebondissements.
Dans son communiqué, cité par l’article de Var-Matin jeudi 5 février, Marc Giraud pose une vraie question : « à qui profite le crime ? ».

Je reprends cette interrogation à mon compte et demande à tous nos amis de ne pas se lancer à corps perdu dans ce qui me paraît être une grosse manipulation, dont nous ne voulons en aucun cas « porter le chapeau ».

Rappelons :
- Que la précédente perquisition « surprise » dans les bureaux de la Mairie avait été annoncée quelques jours auparavant.
- Que les fonctionnaires mis en examen l’ont été AU LENDEMAIN du second tour (sinon Marc Giraud n’aurait peut-être pas été réélu).
- Qu’aujourd’hui en revanche, la perquisition a lieu AVANT des élections auxquelles nous ne sommes pas candidats.
- Que l’élection dans le canton de La Crau / Le Lavandou, où Marc Giraud est candidat, ne nous concerne absolument pas. Les Carqueirannais n’auront pas à voter pour ou contre lui.

A qui profite le crime ?
Tout se passe comme si ceux qui le soutiennent officiellement étaient tentés de se débarrasser de problèmes devenus soudain trop encombrants.
Quoi qu’il en soit, nous n’avons rien à faire dans ces manœuvres et je demande à tous mes amis de ne pas tomber dans le piège.

Notre intérêt, aujourd’hui, est que Marc Giraud s’en aille, comme il l’a annoncé, vers le couronnement de sa carrière tel que cela lui a été promis en haut lieu.
Du fait du « non cumul » des mandats, notre commune aurait tout à gagner avec son départ.
Nous saurions le mettre à profit en rassemblant tous ceux qui souhaitent travailler dans la sérénité retrouvée.

Concentrons-nous sur les découvertes catastrophiques que nous avons faites en matière de gestion financière, éthique et esthétique de notre pauvre commune.
Là, il y a du boulot… et c’est à ça que nous devons consacrer toute notre énergie.

Alain BENCIVENGO
Conseiller municipal d’opposition

Vœux du Maire : autosatisfaction et pleurnicheries indécentes

Par Stéphane Reiprich, conseiller municipal d’opposition le 14 janvier 2015

J’ai assisté ce soir à la cérémonie des vœux au personnel communal.

M. le Maire, vous avez oublié quelque chose.

Vous aviez en face de vous les équipes municipales qui accomplissent tous les jours leurs missions de service public, j’aurais aimé entendre vos remerciements pour leur application et leur dévouement.

J’aurais aimé entendre votre reconnaissance pour l’action quotidienne de ce personnel impliqué et qualifié.

J’aurais aimé entendre votre gratitude envers ces femmes et ces hommes qui exécutent, dans des conditions parfois difficiles mais avec abnégation, conscience et dignité, leurs missions au service de tous nos administrés.

Au lieu de cela, vous n’avez parlé que de Marc GIRAUD. Les exploits de Marc GIRAUD. Les malheurs de Marc GIRAUD. Le courage de Marc GIRAUD. La famille de Marc GIRAUD. Les états d’âmes de Marc GIRAUD. L’avenir de Marc GIRAUD.

En piètre histrion politique, vous avez déversé votre aigreur, vos rancœurs, vos boniments, votre haine dans un emphatique monologue égocentrique.

Nous attendions du miel, vous avez vomi de la bile.

Parce que le personnel communal mérite mieux,

Parce que CARQUEIRANNE ne mérite pas ça.

M. le Maire, vous avez oublié quelque chose.

M. le Maire, vous avez oublié l’essentiel.

Dérapage ou banalisation d'une haine ordinaire

Par Stéphane Reiprich, conseiller municipal d’opposition le 19 décembre 2014

"Je n’avais pas l’intention de poster sur ce site mais les circonstances m’imposent ce billet d’humeur.

Lors du dernier Conseil municipal du 15/12, j’ai vécu une scène incroyable.

Très régulièrement, M le Maire m’interpelle sur la Commune de PRADET (1). Je lui ai donc demandé pourquoi, lorsqu’il était venu de TOULON, il ne s’était pas arrêté au PRADET, cette ville qui semble tant lui plaire, pour y construire sa carrière politique. J’ai ajouté que cela aurait épargné nombre de souffrances aux Carqueirannais.

Au milieu de sa réponse déconcertante, M GIRAUD laisse tomber des mots lourds de sous-entendus :

« Allez, qu’est-ce que vous voulez, … Monsieur REIPRICH »

M GIRAUD prononce alors mon nom avec un accent exagérément germanisé [= "Reich"] puis se tourne vers son adjointe et lui glisse une phrase dont je ne perçois que la fin …« seconde guerre mondiale » !!


Depuis que je siège au Conseil Municipal, je me suis habitué à la mauvaise foi, aux contrevérités et autres rodomontades, qui sont hélas la marque de la caste des politiciens ambitieux à laquelle M GIRAUD appartient, mais j’avoue avoir été abasourdi par cette intervention.

Je ne pensais pas qu’il soit encore possible aujourd’hui d’entendre, dans mon village, ce genre de propos dans la bouche d’un élu de la République.

Seul l’anachronisme du propos rivalise avec la malveillance de son auteur.

J’ai pensé à mon père qui, quand il est arrivé d’Allemagne en 1944, a dû croiser la route de ce genre de personnages. Je l’imagine du haut de ses huit ans subir un « sale boche » injurieux.


Voilà ce que j’ai ressenti ce soir-là. Ce soir-là, je me suis couché avec la nausée. Allez savoir pourquoi…


(1) j’ai occupé, en détachement du Ministère des Finances, de septembre 2009 à août 2014 le poste de « responsable du service Comptabilité » de cette Commune."

Petit... Petit...

Par Alain Bencivengo le 12 novembre 2014

Lorsque j'ai pris connaissance de la préface du Maire sur la "Brochure des Associations", j'ai tout d'abord été très étonné par la critique violente et gratuite de son prédécesseur (à qui il doit tant) au sujet de sa gestion du monde associatif.

Puis j'ai été agréablement surpris d'une (soudaine) ouverture d'esprit à l'égard de TOUTES les associations de la Commune, faisant fi des sensibilités partisanes des uns et des autres.

Ce sentiment a été conforté lorsque j'ai vu qu'au Conseil Municipal d'avril, le Comité de Jumelage, jusque là banni, était enfin doté d'une subvention. Quelle reconnaissance envers ceux qui œuvrent pour cette belle idée depuis plus de 30 ans !


Mais soudain, je découvre que le "néo" démocrate premier magistrat, ou très certainement l'un de ses chers conseillers (trop chers, d'ailleurs), avait eu l'idée lumineuse de créer sous le manteau, en catimini, un comité "officiel" de jumelage, excluant de fait le Comité existant.

Il y a fort a parier d'ailleurs que certains Conseillers Municipaux de la majorité n'étaient pas non plus au courant.

Gageons que nos subventions seront bien employées à l'extérieur de nos frontières comme "à la maison", en ripailles, beuveries et autres occupations festives, réservées comme souvent à la garde rapprochée.


Pathétique, affligeant, comment qualifier ce "n"ième stratagème ?

Ou tout simplement petit... petit... petit...

Actions de nos élus et commissions de travail

Lundi 3 novembre 2014

Les élus de notre Groupe ont préparé un compte rendu précis et très intructif du Conseil Municipal de septembre.

Les commissions de travail de notre Association ont été créées et travaillent sur plusieurs dossiers.

Retrouvez ces informations dans les onglets dédiés.

 

Deuxième report du procès dit "des primes"

Jeudi 22 octobre 2014

L'audience du Tribunal Correctionnel de Toulon ce jeudi 22 octobre 2014 (affaire Tollard/Voyenne), suite au renvoi le 7 mai 2014 pour complément d'informations, a de nouveau été reportée au 27 mai 2015 à 8h30 (ouverture des portes à 8h00).

Article complet sur Var-Matin : http://www.varmatin.com/carqueiranne/primes-a-la-mairie-de-carqueiranne-audience-de-nouveau-repoussee.1898626.html

M. Conan, ancien Maire, répond à M. Tollard...

24 juin 2014

Les personnes ayant assisté à l'audience du Tribunal Correctionnel de Toulon le 7 mai 2014 (affaire Tollard/Voyenne) ont toutes reçu un étrange courrier de M. Tollard, en RAR (inclus le récépissé de la Poste pour les frais d'envoi), et ont préféré de ne pas répondre à cette surprenante provocation.
M. Armand Conan, ancien Maire respecté de tous, ayant pris connaissance de ces courriers, s'en est chargé à titre personnel...

Conseil d’administration du 22 mai 2014

Le Conseil s’est réuni dans le local mis à notre disposition par Annie et Lucien CHERVET, à 18h30.

Le Président Alain BENCIVENGO remercie les membres présents et se félicite du  dynamisme qui existe autour de notre association.
En effet, il est satisfaisant de constater qu’au-delà des membres qui ont participé a la campagne électorale, il existe un grand nombre de Carqueirannais qui nous rejoignent et qui souhaitent que l’association se développe.
Une assemblée générale constituante a eu lieu quelques jours après la fin de la campagne électorale, aujourd’hui, jeudi 22 mai se tient le premier conseil d’administration qui débat sur les points suivants

 

1) Validation du bureau élu pour trois ans :

Président : Alain BENCIVENGO

Vice Président : Eric SERRA

Secrétaire : Annie CHERVET

Vice Secrétaire : Caroline SERRA

Trésorier : Jacques ETIENNE

Vice Trésorier : Corinne VIEL

 

2) Modification du Conseil d’Administration

Il est apparu que le nombre de membres prévu initialement par les statuts était trop peu élevé.
Afin d’accueillir les nouveaux venus, il est donc décidé à l’unanimité de le porter à trente. L’article des statuts sera modifié dans ce sens.

 

3) Création de commissions

Il a été décidé, afin de faire participer le plus grand nombre de façon la plus efficace, de créer des commissions autonomes. Leur nombre peut évoluer au gré des suggestions.
Les premières sont :

- Communication

- Evènements, convivialité (soirées, repas, voyages, etc.)

- Urbanisme, environnement

- Economie

- Vie de la cité

 

Membres actuels et ceux qui souhaitent le devenir, intéressés par la vie des commissions sont priés de se faire connaitre le plus rapidement possible

La réunion de constitution et validation des commissions se tiendra le jeudi 5 juin à 18h30 au lieu habituel

Plus rien n’étant a l’ordre du jour, la séance est levée à 20h30.

 

 

Alain BENCIVENGO



Affaire du Beau-Rivage à Carqueiranne : des proches du maire en garde à vue

Var Matin, Internet du 15.04.2014, journal du 16.04

La garde à vue de deux responsables municipaux de Carqueiranne et d'un promoteur immobilier, entamée ce mardi, doit se poursuivre ce mercredi. Des soupçons de fraudes immobilières planent autour des sites de Beau-Rivage et de Beau-Vézé.

Philippe Voyenne, directeur de cabinet du maire de Carqueiranne et Nathalie Peinado, responsable des services techniques de la Ville ont été placés en garde à vue ce mardi, a-t-on appris de source judiciaire.

Le promoteur Michel Mattesi-Bosso a lui aussi été placé en garde à vue dans cette enquête autour de programmes immobiliers dans les quartiers Beau-Rivage et Beau-Vézé. Le parquet de Toulon avait ouvert une information judiciaire en 2013.

Les investigations portent - notamment - sur les conditions dans lesquelles le plan d'occupation des sols de Beau-Rivage a été modifié en 2007, et sur les conditions dans lesquelles les responsables municipaux et le promoteur y ont acquis des parcelles. Ce dernier doit également s'expliquer sur l'urbanisation de Beau-Vézé.

Les domiciles des trois mis en cause ont été perquisitionnés par les enquêteurs de la PJ de Toulon ce mardi. Les auditions sous le régime de la garde à vue devraient se poursuivre ce mercredi à l'hôtel de police de Toulon.

En mars 2013, la mairie de Carqueiranne avait déjà fait l'objet d'une perquisition dans le cadre de cette information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts" et "recel". Le dossier mobilise deux juges d'instruction, Géraldine Garcia et Rachel Isabey, au TGI de Toulon.

 

http://m.varmatin.com/carqueiranne/affaire-du-beau-rivage-a-carqueiranne-des-proches-du-maire-en-garde-a-vue.1650939.html

 

 

 

Déclaration d'Alain Bencivengo lors du Conseil Municipal du samedi 5 avril 2014

Monsieur le Maire,


La campagne électorale est terminée.
Une nouvelle séquence commence.


Dimanche les Carqueirannais nous ont adressé deux messages :
- Le premier c'est qu'ils ont souhaité à 50,7 % que vous soyez leur maire.
Je vous en félicite.
- Le second c'est que quasiment un Carqueirannais sur deux nous demande d'être attentifs.
Attentifs :
- Aux dépenses somptuaires
- Aux dettes incontrôlées
- Aux impôts qui flambent
- À l'urbanisation débridée


Nous ferons à l'intérieur du Conseil notre travail d'opposants de façon constructive, en intégrant toutes les commissions auxquelles nous aurons accès.
Nous continuerons dehors, grâce à l'équipe qui s'est constituée à travers le Rassemblement pour Carqueiranne, à œuvrer pour l’intérêt de la ville et communiquerons les résultats de nos travaux.


Merci de votre attention.


Alain Bencivengo